Interviews -> Arnaud ngatcha
ITV DE ARNAUD NGATCHA (Comité de la diversité)
Illustration

Question : Pensez vous que la télé représente assez les minorités?
Réponse:  Pas suffisamment sans quoi mon rôle ne serait pas nécessaire...  
Si on prend l'exemple de l'information  sur France Télévision, il n'y a aujourd'hui aucun grand présentateur de journaux qui soit issu de la diversité, aucun grand présentateur d'émission disons un peu sérieuses. La diversité est un peu cantonnée à ceux qui font du divertissement .
Même sur le contenu des reportages, même si c'est un peu moins caricatural que TF1, ...Comme la plupart des journalistes n'y vivent pas , c'est plus difficile de parler de ce qu'on ne connaît pas ....
Je lisais une étude qui disait que 60 % des histoires à la télévision traitent de cadres alors qu'il n'y a pas 60 % de cadres dans la population française;
Il y' a donc des catégories socioprofessionnelles qui sont sous représentées , il faut donc clairement faire un effort pour améliorer cette diversité.
En même temps c'est là où je trouve que parfois les gens sont un peu durs avec le service public car il y' a quand même des choses qui sont faites... mais ça manque d'action symbolique, et c'est là que TF1 avec Harry Roselmack est apparue comme le leader mais quand on regarde attentivement, finalement derrière Roselmack, il n'y a pas grand chose...

Question : Pensez vous que ce soit une bonne chose d'interdire les statistiques ethniques ?

Réponse: Ce n'est pas dans la tradition française  et ça complique un peu le travail parce que moi j'aimerais avoir des chiffres précis pour savoir exactement où le bas blesse , d'un autre côté les statistiques peuvent aussi masquer des réalités concrètes :
Par exemple si demain on compte, je donne un chiffre au hasard 10 % de noirs dans la population française et que je compte  le nombre de noirs qu'il y' a à France Télé ça n'est pas la même chose. Car à France Télé je vais compter les noirs parmi tout le personnel , de la femme de ménage au directeur et donc je risque aussi de trouver 10% mais dans la réalité la plupart seront à des postes peu valorisants et dans la haute hiérarchie il n' yen aura quasiment pas .
Le problème des chiffres est là : leur utilisation ...

Question :Que pensez vous de la discrimination positive ?
Réponse: Le législateur ne le permet pas puisque cela va contre le principe d'égalité , mais une fois qu'on a dit ça la question devient : "Comment faire avancer les choses , dans un pays où on s'aperçoit que généralement sans loi , ça n'avance pas?
Sur la place des femmes dans la politique il a fallut passer par une loi, donc il y'a eu un ajout a la constitution française. Dans l'idéal je ne suis pas pour mais il faudra alors que l'ensemble des décideurs jouent le jeu...
C'est leur dernière chance de le faire de toute façon , sinon à la prochaine grande crise sociale ils seront contraint de le faire car les choses exploreront de manière encore plus intense qu'en 2005.

Question :Donc le comité de la diversité n'est sans doute pas prêt de disparaître?
Réponse: Dans l'idéal ce serait qu'il n'y en ait plus besoin et que les choses   aient assez avancé dans tous les échelons de la société. On verra dans 1 ans, s'il est nécessaire de continuer ce comité tel qu'il est ou si un observateur peut suffire (comme cela se fait à la BBC)
Question :Pourquoi parle t'on aussi peu de l'esclavage?
Réponse: C'est un peu la tradition française, comme pour la colonisation. C'est la grosse différence avec les pays anglo- saxon , une façon d'assumer son histoire ...Aux Etats Unis ils sont déjà en train de faire un film sur la guerre en Irak , en France le film  "Hors la Loi" crée la polémique alors que ces événements ont eut lieu il y a plus de 50 ans. La France a du mal à regarder son passé.
En même temps, il me  semble que ça change puisque il y'a des sujets qui commencent à traiter de l'esclavage.
Une des recommandations du comité de la diversité c'est justement qu'il y'ait plus régulièrement des sujets qui traitent des questions de l'esclavage ou de la colonisation en prime time comme cela peut se faire sur la Shoah.

Question :On a souvent tendance à parler des Noirs , comme d'une seule et même communauté , n'est ce pas une erreur?
Réponse: En France oui, il n'y a pas une communauté noire mais des communautés noires (Certains sont issus de l'ancienne histoire coloniale française donc principalement des descendants d'Afrique de l'Ouest , dont je suis issu puisque mon père est d'origine camerounaise, il y' a des noirs qui viennent des Antilles ce qui est lié à l'esclavage et au commerce triangulaire)
C'est pour ça que certains antillais ne puissent pas comprendre quand on les rejette puisque parfois ils sont même plus français que certains autres "français de souche". Il ne viendrait à l'idée de personne de demander à un breton s’ il est français.

Question :Pensez vous qu'il faut comprendre son passé, avant d'envisager l'avenir?
Réponse: En tout cas je ne connais pas de société évoluée qui ne regarde pas son passé pour comprendre l'avenir.
Ce que je n'aime pas c'est la position victimaire mais c'est important de regarder l'histoire des personnes qui composent ce pays, de regarder aussi l'histoire de ceux qui ne sont pas liés à "Nos ancêtres les gaulois". C'est important pour ces personnes dont l'histoire personnelle est liée à l'esclavage ou à la colonisation, de savoir qu'ils font partie de cette histoire là et que cette histoire se fond dans la communauté nationale. On a eu trop tendance à gommer cet aspect .

Question :Si justement on avait moins gommé cet aspect ?
Réponse: En tout cas certains jeunes auraient sans doute plus le sentiment d'appartenance à une Nation. Peut être ....
Ce qui va leur donner envie de faire de la politique c'est de voir des hommes ou femmes politiques qui leur ressemblent. Dans les medias c'est la même chose , certaines personnes pensent que ce n'est pas pour eux et donc ils n'essayent même pas.


Question :Avez vous rencontrez des problèmes dans votre vie professionnelle , à cause de votre couleur de peau ?
Réponse:
Pas vraiment, mais par contre j'ai vraiment le sentiment que quand on est issus d'une minorité on nous fait comprendre qu'on doit être irréprochable, parfait,
On a vraiment l'impression que ceux qui sont issus de la diversité doivent être exceptionnels, comme si on leur disait "Ok vous pouvez réussir, mais il faudra faire un sans faute"

Propos recueillis par  - Paris  -Avril 2010



 
  edoo.fr