Discrimination -> Discrimination « positive »
DISCRIMINATION « POSITIVE »
Illustration


La seule affirmation de l’égalité des droits des citoyens est insuffisante pour créer une égalité réelle. Aussi le législateur français s’est il efforcé de faire appliquer le principe d’égalité de tous dans la vie sociale (favorisés/défavorisés).

C’est une démarche qui ne tient pas compte des origines, bien que les minorités culturelles soient nombreuses parmi les familles défavorisées.
Pour respecter le principe d’égalité, le législateur anglo-saxon a accordé des droits particuliers aux populations discriminées(minorité ethniques) en dérogation du droit commun (reverse discrimination ou affirmative action).
Cette politique dite en France de « Discrimination positive » est destinée à compenser les handicaps hérités du passé en visant non pas l’égalité entre les individus mais l’égalité entre les groupes.

 

Mais, par un effet non recherché, cette politique tend à figer l’attachement des individus au groupe.
Discriminer, c’est disqualifier, délégitimer, désintégrer.Il ne peut donc y avoir de discrimination individuelle positive, il n’y a pas de racisme positif ou de sexisme positif.
Le qualificatif « positif » ne peut donc s’appliquer qu’aux mécanismes temporaires de remise à niveau ou de rattrapage qui permettent de respecter le principe d’égalité.

 

Définition extraite du guide « 10CRIM ?-Discriminer est une violence - » Réalisé par le « COLLECTIF FUSION » (Villiers-le Bel) -2006

 
  edoo.fr